Le Cardage

Le mot cardage dérive de chardon, plante hérissée de piquant qui pousse le long des chemins, dans ses déplacements, il n’est pas rare qu’un troupeau de moutons se frotte contre des chardons et y accroche quelques flocons de laine et les pâtres d’autrefois frottaient les toisons avec des bouquets de chardons pour obtenir une laine plus souple et propre et les premières  »cardeuses » industrielles étaient équipées de chardons dont ce procédé était encore utilisé il y a quelques années pour le cardage de certaines laines fragiles ( mohair ) et le mot a donné son nom à la Cardère (un type de chardon ).

Avant de pouvoir être filée, une fibre naturelle doit être cardée ou peignée, en fonction du matériau et du résultat souhaité

Le cardage consiste à démêler et aérer les fibres textiles à partir de divers matériaux bruts, s’effectue avec une paire de cardes à main, ou une cardeuse à rouleau par un cardeur et l’on obtient un rouleau avec les cardes à main, ou une nappe avec la cardeuse.

On carde généralement les fibres courtes ( mérinos, coton ) et c’est lors du cardage ( ou du peignage ) que l’on peut faire des mélanges de matières et de couleurs dont il peut être intéressant par exemple, de mélanger du mohair avec de la laine afin de conserver l’élasticité de la laine et la brillance du mohair.

La laine est d’abord ensimée, c’est-à-dire imprégnée d’une émulsion destinée à faciliter le démêlage puis elle passe dans la carde : des tambours garnis de très fines pointes d’acier, tournant à grande vitesse, divisent et parallélisent les fibres de laine et retiennent les impuretés végétales qui ont pu rester et, suivant l’usage final auquel la laine est destinée, elle suivra, à partir du cardage et jusqu’à la transformation en fil, l’un ou l’autre cycle suivants :

  • le cycle peigné, suivi de préférence par les laines fines, sortent de la carde sous forme de ruban continu, souple et homogène, dit ruban de carde, subira l’opération de peignage avant d’être transformé en fil et la laine peignée donnera des tissus et des tricots d’aspect sec et fin.
  • le cycle cardé, suivi par les laines de plus gros diamètre de fibre, sortent de la carde sous forme de mèches fines qui seront directement transformées en fil et la laine cardée donnera des tissus et des tricots d’aspect plus rustique.

Tout ce qui ressemble de près ou de loin à des poils peut se filer comme les fibres végétales ( lin, coton, chanvre, ramie, bambou, ortie, soja…), les fibres animales ( laine, mohair ( chèvre ), angora ( lapin ), alpaga, lama, chameau, yak, cachemire ( chèvre ), soie, chat, chien, bison, opossum…), les fibres transformées ( viscose, protéines de lait, tencel, glitz, ingeo ( maïs ), nylon…) mais aussi les cheveux, le papier découpé en lanière, le raphia…